COMPRENDRE

Lutte contre le viol

« Ne restez pas silencieux. Lorsque vous êtes témoin de violence à l’égard de femme ou de fille, ne restez pas sans rien faire, agissez. » » Ban Ki-moon.

Violence à l’égard des femmes : De quoi parle-t-on ?

La violence à l’égard des femmes est l’une des formes les plus systématiques et répandues de violation des droits des femmes.

Les Nations Unies définissent la violence à l’égard des femmes comme « tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou la vie privée. »

Quelles sont les différentes formes de violence à l’égard des femmes ?

Le terme « Violence à l’égard des femmes » recouvre, sans s’y limiter :
• La violence domestique et perpétrée par un partenaire
• La violence sexuelle
• Le harcèlement sexuel
• La violence affective et psychologique
• L’exploitation économique
• L’exploitation sexuelle et la traite sexuelle
• Les crimes d’honneur
• Les crimes liés à la dot
• Le féminicide
• L’infanticide des filles
• Les Mutilations Génitales Féminines ou excision
• Le mariage forcé et précoce

Vous avez été victime de viol ?

Pour être aidée, tout en gardant l’anonymat, vous pouvez appeler la permanence téléphonique :

Le commissaire Bakary Camara au 664001228 ou par mail à cfobakari@yahoo.fr

 

Madame
Vous avez été victime de viol, ne restez pas seule, ne gardez pas le silence. Silence et secret ne profitent qu’aux agresseurs.
Cherchez de l’aide et faites valoir vos droits en contactant :
• Le Barreau de Guinée  Bâtonnier de l’Ordre des Avocats, Maitre Mohamed Traoré

 

Le commissaire Bakary Camara au 664001228 ou par mail à cfobakari@yahoo.fr

Toute personne ayant besoin d’un Avocat :

Victime, partie civile, civilement responsable, suspect (e), prévenu (e) ou accusé (e) peut s’adresser à Monsieur le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Guinée Me Mohamed Traoré qui pourra designer d’office un Avocat pour vous défendre, surtout si vous êtes une personne pauvre.

Téléphone : (00224) 621 55 55 10 (000 224) 655 26 32 33

E-mail : mohamedreotra.mt@gmail.com

Lutte contre le viol : Amener les victimes à dénoncer leurs bourreaux

Pour le Magistrat Mamadou Alioune DRAME :

« Notre lutte : Amener les femmes victimes de viol à dénoncer leurs bourreaux, pour qu’ils répondent de leurs actes devant les instances judiciaires guinéennes afin que la Justice appelée à dire le droit conformément aux prescrits de la loi le fasse dans toute sa rigueur. Mais encore faut-il encore que les dossiers soient déposés sur la table des Magistrats pour que ces violeurs soient poursuivis en subissant la rigueur de la loi ».

De quelques définitions :

Qu’est-ce-que le viol ?

Le viol est « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte ou surprise ».

La Loi se montre particulièrement sévère lorsque le viol est commis sur une personne en tenant compte de son état (grossesse, maladie, infirmité, déficience mentale, de sa minorité, de la menace armée, la commission en réunion ou la qualité d’ascendant de la personne victime du viol).

Qu’est-ce que le harcèlement sexuel ?

Article 8 du Code du Travail de Guinée : Est considérée comme harcèlement sexuel toute forme de comportement verbal, non verbal ou corporel de nature sexuelle, qui affecte la dignité de femmes ou d’hommes en milieu du travail. Il en est de même pour toute conduite de nature sexuelle qui a pour effet de créer un environnement de travail intimidant, hostile ou humiliant pour une personne.

Aucun travailleur ne peut être sanctionné ni licencié pour avoir subi ou refusé de subir les agissements de harcèlement sexuel d’un employeur, de son représentant ou de toute personne qui, abusant de l’autorité que lui confère sa position ou ses fonctions, a donné des ordres, proféré des menaces, imposé des contraintes ou exercé des pressions de toute nature sur ce travailleur, dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers.

Nul ne peut prendre en considération le fait que la personne qui a subi ou refusé de subir les agissements ci-dessus définis ou a témoigné de tels agissements, pour décider, notamment en matière d’embauche, de rémunération, de formation, d’affectation, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement du contrat de travail.

Est nulle de plein droit toute disposition ou tout acte contraire.

Aucune personne ne peut être sanctionnée, ni licenciée, ni pénalisée pour avoir subi, dénoncé, relaté ou témoigné de tels agissements.

Toute disposition ou acte contraire est nul de plein droit.

Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

Article 7 du Code du Travail de Guinée : Sont considérées comme harcèlement moral au travail, les conduites abusives et répétées de toute origine, externe ou interne à l’entreprise qui se manifestent notamment par des comportements, des paroles, des intimidations, des actes, des gestes et des écrits unilatéraux, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l’intégrité physique ou psychique d’un employeur ou d’un travailleur en milieu de travail, de mettre en péril l’entreprise ou l’emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

Qu’est-ce l’attentat à la pudeur ?

L’attentat à la pudeur, qui est tout acte impudique exercé directement, immédiatement et intentionnellement sur une personne et consommé ou tenté avec ou sans violence.

Qu’est-ce l’outrage public à la pudeur ?

L’outrage public à la pudeur, qui est « tout acte intentionnel accompli publiquement et susceptible d’offenser la pudeur et le sentiment moral des personnes qui en sont les témoins involontaires ».

Qu’est-ce que l’excitation à la débauche ?

L’excitation à la débauche, la Loi vise toute personne qui « aura habituellement attenté aux mœurs en excitant à la débauche ou en favorisant la corruption des mineurs de 18 ans ou même occasionnellement des mineurs de 16 ans ».

Elle punit aussi « quiconque tolère l’exercice habituelle de la débauche par des personnes se livrant à la prostitution dans les locaux ou emplacements dont il dispose à quelque titre que ce soit ».

Qu’est-ce que le proxénétisme ?

Le proxénétisme qui est l’activité de celui ou celle qui favorise la débauche d’autrui en servant d’intermédiaire.

Est considéré comme proxénète, celui :

– Qui, d’une manière quelconque, aide, assiste ou protège sciemment la prostitution d’autrui ou le racolage en vue de la prostitution ;
– Qui, sous une forme quelconque, partage le produit de la prostitution d’autrui, ou reçoit des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ;
– Qui, vivant sciemment avec une personne se livrant habituellement à la prostitution et ne peut justifier les ressources correspondantes à son train de vie ;
– Qui embauche, entraîne ou entretient, même avec son consentement, une personne même majeure, en vue de la prostitution ou la livre à la prostitution ou à la débauche ;
– Qui fait office d’intermédiaire, à un titre quelconque, entre les personnes qui se livrent à la prostitution ou à la débauche et les individus qui exploitent ou rémunèrent la prostitution ou la débauche d’autrui.

Qu’est-ce que la violence au travail ?

Article 6 du Code du Travail de Guinée : Est considérée comme violence au travail toute situation de fait dans laquelle un employeur ou travailleur est persécuté, menacé ou agressé psychiquement ou physiquement lors de l’exécution de son travail en milieu de travail.

La violence au travail vise essentiellement des comportements d’agression physique ou verbale.